Soufflerie bas Reynolds

La soufflerie bas Reynolds doit son nom à la capacité à fournir un courant d’air stabilisé à très basse vitesse (moins de 2m/s), comme l’exige l’étude de l'aérodynamique des microdrones.

Ces aéronefs sont, en effet, capables de voler à de trés faibles vitesses, dans un environnement qui peut être soumis à une aérologie contraignante, entraînant parfois des angles d’incidence extrêmes.

Les grandes dimensions de la chambre d’expérience permettent de faire évoluer les modèles étudiés dans une trés large gamme de dérapage et d’incidence pour reproduire les attitudes rencontrées en vol. Un montage support universel à plusieurs degrés de liberté assurera à court terme ces mouvements.

Une autre grande spécificité de cette soufflerie réside dans le faible taux de turbulence rencontré à toutes les vitesses. Ce but a été atteint grâce à une conception trés étudiée du conduit qui réunit un rapport de contraction élevé du convergent (9/1), de faibles angles de diffuseurs, et une batterie de filtres en amont.

La vitesse maximum possible de 25 m/s ne limite pas l’utilisation de cette soufflerie aux seuls essais de micro-drônes, elle pourra convenir aussi à des études d’autres aéronefs ou véhicules terrestres, à des nombre de Reynolds un peu plus élevés.