Dynamique vibratoire

Cet axe du DMSM, s’attache au développement de méthodes de prévision du comportement en vibration de structures intéressant notamment les hélicoptères et les lanceurs.

L’objectif poursuivi, en lien avec les industriels partenaires, consiste d’une part à concevoir et qualifier de nouveaux dispositifs de contrôle dynamique passif et actif et, d’autre part, à appliquer ces techniques au diagnostic santé des structures.

Les travaux DMSM dédiés au contrôle dynamique ont été intiés en 2004, dans le cadre de la thèse de Joerg Mueller, sous contrat avec EUROCOPTER (convention européenne Marie Curie), avec une thèse sur la stabilité en flottement gyroscopique des rotors d’avions convertibles (J. Mueller, 2004) débouchant sur les systèmes de contrôle actif utilisant les systèmes de commandes de vol, puis avec une thèse sur la conception et l’optimisation d’un revêtement alvéolaire pour le contrôle passif des vibrations de structures (V.Belloeil, 2006). Dans les deux cas, des modèles fins à différentes échelles, validés par des expérimentations, ont été produits. Un contrat sur les résonateurs large bande a été passé avec le CNES en 2006.

Ces développements se sont ensuite poursuivis par une thèse dédiée au diagnostic structural dynamique sur composite (A. Shahdin) et une thèse transverse dédiée au modèle dynamique de l’équilibration de l’oreille interne (P. Selva, dans le cadre de l’École Doctorale Aéronautique et Astronautique). Ces deux thèses doivent être soutenues en 2009.

Depuis janvier 2007, les travaux sur l’approche théorique et expérimentale de la dynamique non-linéaire intrinsèque sont conduits en coopération entre le LGMT (A. Berlioz) et l’ISAE. Une thèse en cotutelle (L. Sanchez) a été initiée en 2008 sur la dynamique des rotors embarqués.

Enfin, une thèse a été initiée en 2008 sur l’optimisation d’un système de forage planétaire (T. Gouache) avec un objectif de réduction de puissance embarquée. Cette thèse, réalisée en cotutelle internationale entre l’ISAE et l’Université de Surrey, est financée par la Fondation de l’École Polytechnique et l’Agence Spatiale Européenne.

Tous ces développements ont permis de monter une salle d’expérimentations en vibrations, rassemblant des essais de voilure avion léger, des essais de pièce tournantes et des montages didactiques de dynamique vibratoire rationnelle.